Alors que le monde du voyage est en pause, afin de venir à bout des effets de cette pandémie, les petites escapades dans notre pays sont les bienvenues pour les nomades dans l’âme.

C’est avec le coeur rempli d’espoir et d’envie d’évasion que mon amie Kesia et moi sommes parties à l’aventure sur les routes de l’Ontario.

Le plan : vivre deux semaines au jour le jour, sans attente, sans itinéraire établi et surtout sans pression. Cette fois-ci, nous avions envie de simplement nous déplacer entre le Québec et le bout de la Péninsule-Bruce. À nous les trésors de l’Ontario!

Chaque jour était une surprise puisque nous faisions nos recherches pratiquement au fur et à mesure.  Un matin, le plan était de passer une journée en nature. Le lendemain, une journée de pluie… Oh! On s’installe donc pour travailler. Le surlendemain, on entre dans une grande ville et on ère dans les rues sans vraiment savoir où notre balade nous mènera.

C’est ainsi que deux semaines passèrent à toute allure. L’Ontario m’a finalement bien surprise avec une offre touristique beaucoup plus grande que je ne l’avais imaginé.

La nature paisible des Mille-Îles

C’est aux Mille-Îles que nous nous avons passé les premiers jours de ce road trip. En toute honnêteté, c’était les seuls jours qui étaient planifiés puisque nous avions reçu une belle invitation de 1000 Islands Tourism pour découvrir leur région. L’équipe chez 1000 Islands Tourism était splendide et nous a accueilli à bras ouverts.

Quoi voir à Gananoque? Croisière sur le fleuve Saint-Laurent

Tout a commencé par une splendide croisière de 2 h 30 sur le Saint-Laurent. Le départ se fait depuis la petite ville de Gananoque jusqu’au pont des Mille-Îles qui amène les visiteurs aux États-Unis. Cette croisière, faite en premier lieu, était idéale afin de nous donner une image géographique et globale de la région. Le soir venu, c’est dans une pizzeria italienne typique que nous avons terminé cette journée mémorable.

Quoi faire à Gananoque? Escapade en Kayak autour des îles

Dès le lendemain, l’équipe nous attendait au bord du fleuve afin de partir à l’aventure à bord d’un kayak. Notre guide était sensationnel. À la fois très attentionné pour notre sécurité, il nous racontait l’histoire de la formation des Mille-Îles, tout en pagayant. J’ai vraiment aimé faire cette activité. Mon moment fort fut quand notre guide nous expliqua que nous flottions juste au-dessus d’une épave. Nous pouvions la voir à travers l’eau transparente du fleuve. C’était très impressionnant!

Ce soir-là, on nous a accueillis, Kesia et moi, dans un restaurant familial de style anglais. Typique de la ville, où l’on nous a servi des plats réconfortants.

Comment s’émerveiller à Gananoque? Les Mille-Îles en hélicoptère

Pour notre dernière journée aux Mille-Îles, l’équipe de 1000 Islands Tourism s’est assurée de nous en mettre plein la vue. Je ne pouvais pas le croire jusqu’à ce que je pose mes yeux sur le petit hélicoptère qui allait m’amener au ciel et m’amener à admirer la beauté de la région dans laquelle j’avais passé les deux derniers jours.

Eh oui! Un tour d’hélicoptère nous attendait chez 1000 Islands Helicopter Tours! C’était la toute première fois de ma vie que j’avais l’occasion de faire un tour d’hélicoptère. Prendre l’avion est chose habituelle pour moi, mais un hélicoptère c’est vraiment différent! La vibration de l’hélice, la sensation lorsque nous décollons du sol : ce n’est comparable à rien au monde. C’est très simple, j’ai capoté sur mon expérience!

Les choix d’hébergements aux Mille-Îles sont un peu restreints en période estivale. Cependant, vous pourrez y trouver de petits motels et des Bed & Breakfast assez confortables pour votre séjour. Kesia et moi avons été logées au Ramada Provincial Inn. Cet hôtel d’une chaîne bien connue se situe juste à l’entrée de la ville de Gananoque. Non loin de cet hôtel, vous trouverez aussi d’autres options. Par exemple, le Holiday Inn Express et des motels de particuliers à faible coût. Pour vous donner un exemple, nous sommes restés une nuit supplémentaire à Gananoque et avons opté pour le motel Impérial Inn à 65 $ la nuit. La chambre était petite, mais propre et confortable.

Les reflets dorés de Sandbanks

Nous quittons les Mille-Îles extrêmement satisfaits de notre tournée de presse. Nous sommes bien reconnaissantes des derniers jours passés dans cette ville de l’Ontario. Il est temps pour nous d’aller explorer un peu plus les horizons de cette province du Canada.

Depuis le temps que j’entends mes amis me parler de Sandbanks, je n’avais pas d’autres options que d’y faire un arrêt afin de voir cet endroit de mes yeux. Ce que j’ai découvert est un Sandbanks pas nécessairement seulement familial avec une belle plage et des campings, mais également un lieu où les photographes se réunissent afin de capter les meilleurs clichés du coucher de soleil dans les dunes de sable. Celles-ci sont uniques au Canada! Bon d’accord, elle n’égale en rien aux dunes de sable de l’Australie ou du Maroc, mais c’est quand même une belle richesse pour notre pays! Je me suis amusée comme une petite fille à photographier mes pieds dans le sable et à m’imaginer à marcher au cœur du Sahara. Quoi, il faut bien rêver non?

Mon court arrêt à Sandbanks fut suffisant pour moi. J’ai vu l’endroit et j’y ai découvert une belle place pour une éventuelle escapade entre amis. Lorsque nous avons quitté les dunes, c’est vers Toronto, ontario que nous nous sommes dirigés pour la nuit.

Le tourbillon agité de Toronto

Après cette journée de plein air et de calme, un peu de brouhaha urbain fut bienvenu. Autant que j’aime le calme et la nature, autant que j’adore débarquer dans une ville où la vie agitée des rues ne semble jamais dormir. Dès mon arrivée, pas question de rester à l’hôtel! J’ai immédiatement empoigné mon sac à dos, ma caméra et je suis partie à la conquête de cette ville que j’admire tant. Je me suis baladée à travers les rues mythiques de Queen Street et de Spadina, en remontant vers le quartier chinois et le centre commercial. J’ai même fait un petit arrêt dans une brasserie locale. Il faut bien goûter les saveurs de Toronto tant qu’à y être!

Quoi voir à Toronto? La tour du CN

C’est avec grand plaisir que j’ai aussi accepté une invitation à visiter la tour du CN. Bien que j’ai voyagé plus de 50 fois à Toronto pour le travail et pour le plaisir, je ne me suis jamais rendue à la tour du CN. Pourtant, c’est bel et bien l’emblème de la ville. Cette fois-ci, j’allais agir en bonne touriste et me rendre au haut de la tour afin d’observer ma ville bien-aimée.

J’avais un peu de misère à croire qu’un tel observatoire pouvait m’impressionner. Ayant travaillé à New York ces trois dernières années, je peux dire que les observatoires de l’Empire State Building et de la One Trade Center étaient devenus des visites régulières pour moi. Comment une tour comme celle du CN pouvait alors m’impressionner? Eh bien tout simplement par sa simplicité et son palier d’observation ergonomique. Du haut de la tour, je pouvais reconnaître les quartiers de Toronto, l’aéroport Bishop, les routes principales qui mènent au centre-ville, et ainsi me sentir comme à la maison; c’est un sentiment quand même agréable lorsqu’on est en visite quelque part. Je dois aussi féliciter l’équipe de la tour du CN pour la propreté de leur vitrine. Ça paraît peut-être banal et cocasse, mais la transparence des vitres d’observation fait toute une différence sur l’expérience du voyageur. Il n’y a vraiment rien qui est plus décevant que d’être dans une tour d’observation et d’avoir la vue obstruée par la saleté des vitres. Bravo à la tour du CN vous avez su capter mon intérêt sur ce point!

Où dormir à Toronto? Le Radisson Admiral Harbourfont

Ce magnifique séjour à Toronto n’aurait pu être plus confortable et plus mémorable si je n’avais pas logé au Radisson Admiral Harbourfront, qui d’ailleurs, deviendra très bientôt le Radisson Blu Toronto Downtown. Cet hôtel est simplement impeccable sur toute la ligne, du lobby jusqu’à la chambre, tout était « perfecto ». Il faut s’étendre dans le lit pour comprendre le confort et le sentiment de bien-être que cet hôtel peut offrir. Les corridors sont spacieux et tapissés de miroirs qui donnent un effet de profondeur sans fin. Lorsqu’on ouvre les rideaux de la chambre, le soleil brille de plein fouet dans la chambre et sur les bâtiments avoisinants. Avec la vue des bâtiments urbains d’un côté et le lac Ontario de l’autre, le moment présent est simplement magique. Je ne voulais tout simplement jamais partir. Je dois donc dire que le Radisson Admiral Harbourfront a fait de mon séjour à Toronto une nette différence sur mon appréciation. Cet hébergement mérite une note de 5 sur 5 pour la propreté des lieux et la sécurité en temps de pandémie.

Quoi faire à Toronto? Toronto Islands

Bon d’accord, d’accord…  Je poursuis avec mes activités faites à Toronto! Croyez-le ou non, suite à une première pour la tour du CN, ce sont les îles de Toronto que je suis allée voir pour la première fois! J’en ai entendu parler maintes et maintes fois, mais encore ici, jamais je n’avais pris le temps de sauter sur un traversier pour aller voir de mes yeux ce qui se passait sur ces petites îles bien particulières. Je fus agréablement surprise non seulement par l’offre de plein air accessible tout près de la ville, mais également du prix très raisonnable pour s’y rendre à bord du traversier (8,67 $ aller-retour).

Sur l’île centrale sur laquelle je me suis arrêtée, j’en ai profité bien sûr pour admirer le « skyline » de la ville et prendre quelques clichés. J’ai également traversé l’île dans son entièreté pour me rendre jusqu’à la plage faisant face au lac Ontario. Le soleil commençant tranquillement à descendre, je ne pouvais que m’imaginer un coucher de soleil splendide à cet endroit.

Bien sûr très tranquille en temps de pandémie, j’ai découvert que cette île comporte un parc d’attractions pour enfants, des bassins d’eau et piscines et même des pistes cyclables. Que demander de mieux pour les résidents de la ville?

La péninsule de Bruce

Nous disons au revoir à Toronto en direction de la péninsule de Bruce en Ontario. Cette portion de voyage est celle qui m’a le plus étonnée de tout mon périple. Je ne savais pas à quoi m’attendre et parce que n’étant pas organisées, nous avons rencontré des obstacles. Nous avons vécu de petites déceptions au départ, mais qui se sont transformées en de merveilleuses découvertes. En prenant les choses du bon côté, il y a toujours moyen de réinventer les journées. C’est exactement ce qui s’est produit dans la péninsule de Bruce!

Le bon vieux temps à Sauble Beach

Premier arrêt : le petit village de Sauble Beach. Ce n’est que rendu sur place qu’on s’est rendu compte que ce village est resté figé dans une époque révolue depuis longtemps. Absolument tout dans le village a gardé un style rétro bien à lui. Cette visite inusitée a vraiment donné un petit « kick » à notre exploration. Je dois dire que j’ai quand même un faible pour tout ce qui est rétro : j’aime le style vestimentaire, j’aime l’architecture simple et vieillotte. Certains bâtiments me faisaient penser à mon aventure sur la « route 66 » des États-Unis.

Il n’y a pas que le style du village qui est attrayant à Sauble Beach, il y a aussi la longue plage de sable doré. Saviez-vous que c’est la deuxième plus longue plage d’eau douce au Canada? Impressionnant non? J’en ai donc profité pour respirer le grand air et regarder les vagues se fracasser doucement sur le sol.

Ensuite, je me suis dirigée vers mon Bed & Breakfast situé à quelques kilomètres du village, plus précisément à Sauble Falls, Ontario. Mon hébergement était une fois de plus parfait. À quelques pas d’une sympathique cascade et en bordure d’une rivière, mes hôtes Tracy et Douglas m’ont accueillie comme leur propre enfant. Ce Bed & Breakfast est réellement un petit secret bien gardé de la péninsule et se doit d’être connu. Si vous êtes gourmands, vous avez cogné à la bonne porte. Vous aimerez savoir que le chef de la maison est un cuisinier professionnel. Les déjeuners servis sont carrément décadents. Impossible de partir le ventre vide et c’est avec de la nourriture pour les trois prochains jours que Késia et moi avons repris la route, cette fois-ci en direction de la ville de Collinwood.

Le luxe de Collingwood

La raison de notre détour à Collingwood était bien justifiable : nous avons été invitées à séjourner dans un Boutique Hôtel appeler The VanderMarck. Ce n’est pas tous les jours que je peux me payer un tel luxe et c’est avec grand bonheur que j’ai accepté l’invitation de séjourner au coeur de Collingwood en Ontario.

Malheureusement, il a plu presque tout le long de notre séjour, ce qui m’a freiné un peu de visiter les alentours. Par contre, je peux dire que j’étais toutefois contente de devoir rester encabanée. C’était en toute franchise le moment, l’endroit et l’ambiance idéale pour avancer des projets et travailler confortablement. Pourquoi ne pas en profiter?

Voici à quoi ressemblait notre havre de paix à Collingwood. Magnifique, n’est-ce pas?

Les merveilles de Lion’s Head

Le moment tant attendu d’aller voir l’eau turquoise de la Péninsule-Bruce arriva enfin alors que nous préparions nos prochains jours. Nous avons compris que la plus grosse erreur de notre voyage se présentait alors. Aucune façon n’était possible d’accéder au parc national de la Péninsule-Bruce, car tous les accès étaient vendus pour la prochaine semaine.

« The Grotto » et les balades en bordure de falaise n’étaient donc pas possible pour nous cette fois-ci, mais quoi faire dans la péninsule si ce n’est que de visiter le parc?

En quelques instants, nous nous sommes retroussé les manches et nous avons trouvé deux activités hors du commun et très différentes qui ont su bien remplacer les activités manquées du parc. C’est mon copain qui n’était pas déçu d’apprendre cette nouvelle, car celui-ci était bien jaloux de me voir visiter cet endroit sans lui. Nous allons devoir y retourner dans un futur proche!

Donc, quoi faire dans la Péninsule-Bruce mis à part le parc? Il faut absolument se rendre dans le petit village de Lion’s Head.  C’est un peu comme marcher au paradis! Suivre un sentier bien balisé en bordure de falaise était pour moi l’activité idéale. À environ chaque 200 mètres, un point de vue s’ouvre sur la baie Georgienne, exposant dans toute sa clarté les couleurs exceptionnelles de l’eau et des rochers. C’est là que j’ai passé le plus beau moment de mon voyage parce que je pouvais à la fois faire du sport, du plein air, admirer des paysages incroyables et faire de la photo comme bon me semblait. Je me croyais parfois à l’autre bout de la planète en Australie ou bien en Espagne, bref, dans un endroit bien particulier avec une richesse naturelle incroyable.

Les mythiques Greig’s Caves

Nous avons ensuite trouvé un petit endroit bien précieux et peu connu du nom de Greig’s Caves : à première vue, ça ne ressemble à rien, mais croyez-moi, l’exploration de ces grottes fut très impressionnante. Ce n’est pas qu’une seule grotte, mais bien cinq à sept ouvertures de rochers dans lesquelles on peut s’engager et explorer assez profondément. Ceci dit, n’oubliez pas votre lampe de poche, car il fait quand même assez noir dans ces grottes. Pour Késia et moi, c’était le paradis photographique! La couleur des roches sombres et scintillantes nous inspirait profondément pour créer des photos magiques. Nous avons passé la journée à piétiner dans les grottes et à s’émerveiller de l’endroit. Seulement quelques touristes ont passé et nous sentions que nous avions vraiment l’endroit pour nous seules. L’entrée aux grottes coûte 10 $, un petit montant pour voir un si joli attrait naturel.

Retour à la maison

C’est ainsi que ma trotte sur les routes de l’Ontario prenait fin. Après 14 jours d’alternance de plaisir et de travail, j’étais bien satisfaite de mon séjour avec mon amie. J’avais d’une certaine façon un sentiment d’avoir bien travaillé et un sentiment d’avoir bien exploré les différentes options touristiques de l’Ontario. Bien sûr, il y en a encore beaucoup plus à découvrir en Ontario et je me promets de refaire un deuxième itinéraire dans un avenir rapproché. Je suis convaincue que je pourrai découvrir encore plus de cette belle province.

Au retour nous avons tenté de faire un court arrêt aux Badlands, à Brantford, mais hélas à cause de la COVID, le nombre de visiteurs était restreint et nous n’avons pas pu entrer. Ce n’est que partie remise puisque les Badlands sont situés à seulement 45 minutes de Toronto et que je pourrai sans doute y retourner rapidement. Depuis la route, nous pouvions apercevoir une petite parcelle de ces Badlands que je vous montre ici- bas.

C’est donc le cœur léger et une tête remplie de souvenirs que nous entamions le retour à la maison avec de la musique à tue-tête dans la voiture, un classique de road trip!

Connaissez-vous bien l’Ontario? En quoi devrait consister mon prochain road trip dans cette province?


Si vous aimez cet article, merci de le partager sur Pinterest!


La création de certaines parties de cet article a été possible grâce à Tourism 1000 Islands, Radisson Admiral Harbourfront, The VanderMarck Boutique Hotel et Sauble Falls B&B. Bien que ce voyage en Ontario comprends des collaborations, mes opinions restent honnêtes et transparentes.

Les vêtements que je porte sur certaines photos m’ont été offerts gratuitement par l’entreprise Montréalaise Fig Clothing car je suis ambassadrice. Mes opinions sur la qualité des vêtements restent toutefois honnêtes et transparentes.


Voici mes autres articles sur le Québec/Canada :

(Visited 42 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *